Le Clos des Grillons

(Suite du passeur de vin)

Alors là, c’est sur, ca sent le sud, ca grillonne même, y’a juste à voir la tête de Nicolas Renaud sur la photo, ses vins, on les aime déjà!

Petite histoire (parce qu’il en a toujours une…) : « il était une fois, en 2008, un jeune homme (appelons le Nicolas Renaud), qui enseignait l’histoire géo à l’école. Après quelques années a professer, le petit Nicolas caressait l’idée d’une reconversion. C’est le genre de personne qui se dit que la vie vaut la peine d’être vécu si on en a plusieurs. Alors, suivant sa passion 1ère, il troqua son uniforme d’enseignant à celui de vigneron, entrainant avec lui sa femme (elle aussi anciennement enseignante et maintenant sur tous les fronts)

Il reprend des vignes centenaires à Rochefort du Gard que personne ne veut car les rendements sont trop bas et les magnifient en travaillant tout naturellement, sans ajout de produits œnologiques, pas de désherbant, pas de traitements chimiques de synthèse, il laboure, il sélectionne, il utilise des levures indigènes, des matières organiques et du compost. Avec les années et aujourd’hui 13.5 hectares en biodynamie, il est devenu un talentueux vigneron et une valeur montante du sud de la vallée du Rhône » Belle histoire non?

Et ben nous, on est content que Nico fasse du bon pinard, parce qu’on aime ca les vins tout natures, tout ronds tout bons

J’attaque avec la cuvée 1901 : bourboulenc et ugni blanc et 1901 parce que les vignes datent de cet époque. C’est bon, c’est frais avec une belle acidité et du gras qui vient tapisser la bouche avec du fruit bien charnu. Elevage en barrique. Miam

Vient les grillons rouges : petite macération carbonique sur du mourvèdre, fruits murs et tanins souples, c’est rond avec une petite sucrosité en fin de bouche. Le vin qui fait plaisir à boire.

Puis les jas : Carbo sur du 100% grenache. Notes de coulis de framboise avec des tanins très soyeux. Du vrai petit lait

Pour finir, j’ai gouté à esprit libre : c’est la récré de Nicolas, son petit amusement, l’exploration quoi… L’année dernière 100% carignan, cette année 100% cinsault. Attaque souple, ca perle un peu (petit primeur) mais à ce niveau là, il y a déjà une belle maturité avec des notes de fruits bien rouges. A attendre donc, enfin, pas trop non plus parce que : futur bombe!

Et le tout non filtré!

Reste à dire que ca a été une chouette découverte tant gustativement qu’humainement. Nicolas est carrément sympa et pour moi, devient le nouveau surdoué du Gard.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s